Le sol chauffe votre système de chauffage

La pompe à chaleur géothermique exploite la chaleur présente naturellement dans le sol. Cette chaleur est due au rayonnement solaire ainsi qu’à la chaleur du noyau terrestre. Les zones volcaniques favorisent ce type d’installation car la température du sol peut être élevée.

Vous disposez d’un peu de terrain ? Savez-vous qu’il peut vous aider à vous chauffer ? Il existe de nombreuses économies faisables chez vous, faire un point sur ces dernières peut être intéressant.


La géothermie est une source d’énergie inépuisable présente sur tout le territoire français. Le système de pompe à chaleur géothermique permet de profiter de cette énergie gratuite et disponible en permanence.

Au-delà d’une soixantaine de centimètres la température du sol est constante et permet de réchauffer un fluide caloporteur (frigorigène) qui capte les calories du sol et les achemine vers un compresseur pour augmenter la température du système.

Une fois cette température portée à près de 60°c le fluide (sous forme gazeuse à ce stade) va alors permettre de chauffer l’eau d’un système de chauffage et/ou celle de l’eau chaude sanitaire. La température finale peut varier en fonction de la puissance de l’installation.

Verticale ou horizontale selon votre terrain

Le principe de la géothermie est simple, il permet grâce à un réseau de tubes enterrés, entre 60 cm et 1.20 m, aux abords d’une habitation de capter grâce à un fluide frigorigène la chaleur latente du sol.

Ce fluide chargé des calories du sol est ensuite acheminé sous forme gazeuse jusqu’à un compresseur qui comprime le gaz et fait augmenter la température du système. Le rayonnement de la chaleur de ce fluide permettra de chauffer de l’eau pour un système de chauffage et/ou pour un système d’eau chaude sanitaire.

Selon le terrain disponible il n’est pas toujours possible d’étendre le réseau sur la surface nécessaire.Il faut compter 1.5 à 3 fois la surface des m² habitables à chauffer pour avoir un réseau suffisant.

Si vous avez 100 m² à chauffer vous devrez alors avoir entre 150 et 300 m² de terrain en extérieur exploitable pour pouvoir alimenter le chauffage de votre habitation.

Il faudra être vigilent quant à l’aménagement de votre terrain par la suite. En effet, vous ne pourrez y planter arbres et arbustes, les racines de ces derniers pourraient endommager le réseau de collecte et causer dans le pire des cas, un percement du tuyau et donc une fuite du liquide frigorigène nocif pour l’environnement.

Vous pouvez toutefois demander à votre installateur de vous spécifier les espèces que vous pourrez planter sur votre espace de géothermie. Toutefois il est important de rappeler que la chaleur du sol est en partie générée par le rayonnement solaire et qu’un apport d’ombre trop important entraverait le bon fonctionnement du système de pompe à chaleur.

Pour les personnes n’ayant que peu de terrain mais souhaitant tout de même accéder à une pompe à chaleur géothermique il est possible de placer des sondes géothermiques verticales qui en surface n’occupent que 20 cm².

Ces sondes sont des tuyaux disposés en U qui captent la chaleur du sol grâce à une matière de contact, du ciment en général. De la qualité de la cimentation dépendra la qualité de captation de la chaleur du sol. C’est donc une étape fondamentale pour l’installation d’une pompe à chaleur par géothermie avec sondes géothermiques verticales.

Chaque projet de pompe à chaleur géothermique est unique mais on peut établir en moyenne que pour chauffer 100m² habitables deux sondes géothermiques placées à 60 mètres de profondeur suffisent.

Le forage doit faire l’objet d’une déclaration préalable de sondage, ouvrage souterrain ou travail de fouille s’il est compris entre 10 et 100 mètres de profondeur. Au-delà d’un forage de 100 m de profondeur il faudra alors faire une demande auprès de la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement).

Les avantages :

La PAC géothermique possède le meilleur rendement toutes pompes à chaleur confondues.

Cette performance est due à la faible variabilité de production de chaleur et ce même durant les mois d’hiver. La PAC géothermique fonctionne sous basse température, jusque -20°C, et peut donc être installée partout en France sans que l’utilisateur ait nécessairement recours à un système d’appoint.

Le COP (coefficient de performance) est l’unité de mesure qui permet d’évaluer la rentabilité d’une pompe à chaleur. Ce coefficient est le rapport entre la quantité de chaleur produite et la quantité d’électricité nécessaire à cette production. Le COP d’une pompe à chaleur géothermique est généralement comprit entre 3 et 5.

Cela veut dire que pour une production de 3 à 5 kWh de chaleur, 1 kWh d’électricité a été utilisé. Selon le COP, on estime que l’installation d’une PAC géothermique permet une diminution de la facture de chauffage pouvant aller jusque 70%. En comparaison, les autres types de pompes à chaleur comme la PAC air/air ont un COP variant entre 2 et 3.5.

Généralement, une PAC géothermique ne nécessite pas de changer les radiateurs du logement.

Le fonctionnement sous basse température est souvent compatible avec d’anciens radiateurs mais la consultation d’un spécialiste permet de s’en assurer. Dans le cas d’une construction de logement ou d’importantes rénovations, la pose d’un plancher chauffant permet une meilleure diffusion de la chaleur et peut augmenter d’environ 10% la quantité d’énergie.

La PAC géothermique utilise l’énergie tellurique qui est une énergie renouvelable et se substitue aux énergies fossiles. On estime qu’une PAC géothermique émet environ 50% de CO2 de moins qu’un système de chauffage central classique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *