Préserver la chaleur de son habitat depuis sa façade

L’isolation par l’extérieur, appelée ITE pour Isolation Thermique par l’Extérieur permet d’inclure l’épaisseur du mur dans le système d’isolation. Cela a également pour avantage de ne pas engager de travaux dans la maison et permet au cours de la durée des travaux d’habiter sans dérangement chez soi. Cette solution évite aussi d’avoir à doubler les murs de l’intérieur avec des doublages en placo qui font perdre une surface précieuse et coûtent cher.

Et chez vous ? Est-ce que vos besoins en termes d’isolation peuvent inclure une ITE ?

Dans ces améliorations courantes il est un poste important qui nécessite de passer sur le dessus de la pile des travaux à faire parce qu’il impacte directement le budget de tous les habitants, c’est l’isolation. Avoir une bonne isolation c’est ajouter une plus-value à un logement, c’est également augmenter le confort de l’habitat et réduire les dépenses liées au chauffage.

Combinant ces deux constats, nous pouvons facilement comprendre tous les intérêts que concentre le choix d’une isolation par l’extérieur.
L’isolation par l’extérieur ou ITE permet d’envelopper l’habitation dans un cocon isolant en veillant particulièrement à bien couvrir les ponts thermiques (espaces situés à la jonction de deux types de matériaux : mur/porte, mur/fenêtre, mur/toiture…).

Voici un petit rappel des surfaces qui génèrent le plus de déperditions calorifiques :

  • 30% par la toiture,
  • 15 % par les ouvertures (fenêtres et portes),
  • 25% par les murs
  • et jusqu’à 10% par le sol.

Pour bien isoler une maison, notamment pour une isolation extérieure, il existe certains critères à prendre en considération : d’abord, le choix du matériau doit être mûrement réfléchi et il faut prêter une réelle attention à sa résistance thermique exprimée par la lettre « R » (plus le « R » est important, plus les performances thermiques du produit sont grandes).

Ensuite, il faut savoir qu’on ne choisit pas un isolant au hasard et qu’il faut toujours l’associer à la climatisation de l’habitat.
Le support sur lequel sera posé l’isolant doit être propre, sec, traité au besoin.
Enfin, il faut veiller à ce que l’on coupe tous les « ponts thermiques », ces espaces situés entre les différents points de rencontres des parties de la maison.

une bonne isolation doit réduire au maximum les ponts thermiques.

Les travaux se faisant à l’extérieur toute la décoration et le mobilier peuvent rester en place sans être affecté par les améliorations du confort thermique.

Isolation thermique par l’extérieur

L’isolation thermique par l’extérieur est une solution assez peu utilisée et pourtant elle concentre de réels avantages. De nombreux matériaux sont disponibles pour entreprendre cet aménagement.

Le premier atout de ce type d’isolation est bien sûr une économie d’énergie conséquente : aucune rupture de ponts thermiques, une isolation de grande performance permettent un confort et un apport calorifique constant à l’intérieur de l’habitat. Et qui dit économie d’énergie dit économies financière sur les factures de chauffage.

Du point de vue esthétique, la maison est mise en valeur par un bardage choisi selon les vœux du client (grande gamme de produits disponibles pour différents aspects extérieurs avec des formes aussi bien horizontales, verticales ou avec des panneaux en bois, en pierre, en PVC, en métal), le patrimoine est ainsi valorisé et garde toute la liberté architecturale qu’a désiré le client. Ces travaux d’isolation par l’extérieur peuvent s’intégrer à des travaux de ravalement de façade.

Enfin, le dernier avantage est financier : en effet, la pose d’une isolation extérieure pour son habitat ouvre le droit à des aides financières comme le crédit impôt qui vise à rendre le logement moins énergivore pour atteindre un très bon niveau de performances énergétiques.

La première solution est de limiter l’épaisseur de l’isolation grâce à une couche unique d’isolant positionnée derrière les chevrons. Ensuite, il faut poser en continu l’ensemble de l’isolant sur toute la façade pour limiter, voire faire disparaître entièrement, les ponts thermiques : ainsi, le mur porteur et l’ossature de la maison ne se touchent plus. Pour combler cet espace, on vient poser de l’isolant comme de la laine minérale.

L’autre solution d’isolation par l’extérieur garanti une performance exceptionnelle, celle-ci consiste à apposer 2 couches d’isolant : la première couche d’isolant se place derrière les chevrons qui vont soutenir le bardage et la deuxième couche se place entre les chevrons. Un système de tasseaux peut être installé sur le chevron ossature en ménageant un léger espace d’air obligatoire de 2 cm minimum entre les 2 couches.

Un autre atout tient à l’isolation phonique apportée par ce système : en effet, ce type d’isolation permet une isolation acoustique formidable pour un confort là aussi exceptionnel.

Aux abords d’une route passante, proche d’une école ou d’une rue bruyante cette solution pourrait bien rendre votre logement infiniment plus habitable !

Isolation extérieure de la maison

Il existe des prérequis pour pouvoir isoler une maison par l’extérieur. En effet quelques obligations techniques sont à mettre en évidence.
Ainsi, pour mettre en place une isolation thermique par l’extérieur il faut :

  • Que les murs soient secs et sains (isoler des murs qui ne seraient pas sains reviendrait à enfermer l’humidité dans le mur, cela dégraderait fortement la qualité de l’isolant, et ce dernier aurait une durée de vie très réduite. Il faut garder à l’esprit qu’il n’existe pas de PETIT problème d’humidité !)
  • Que l’avancement du toit soit suffisamment grand pour pouvoir encore couvrir la nouvelle épaisseur induite par l’isolation thermique par l’extérieur.
  • Avoir une façade lisse afin que le revêtement choisi puisse être étanche et qu’aucune bosse sous-jacente ne vienne altérer la nouvelle façade.

Comme il existe des conditions à la pose d’une isolation extérieure, il existe également des contre-indications notamment lorsque :

  • Le bâtiment est classé
  • Lorsque l’habitation se situe dans un emplacement soumis à de forts vents, de manière répétée et violente. (La durée de vie d’une isolation extérieure est fortement réduite si elle doit subir les assauts d’un violent mistral de manière récurrente)

D’un point de vue légal si l’aménagement se fait lors de la construction du bâtiment, celui-ci est intégré à la demande de permis de construire,

mais s’il s’agit d’une rénovation il faut au préalable faire en mairie une déclaration préalable de travaux.

Isolation mur extérieur

L’isolation thermique par l’extérieur (ITE) est également appelé mur manteau dans le jargon des corps de métiers du bâtiment.

Nous allons ici passer en revue les différentes techniques qui vous permettent de procéder à ces aménagements.

Le choix de l’isolant est le premier des choix à faire. Vous disposez de différentes qualités et natures d’isolants. La liste qui suit est une liste informative il existe d’autres types d’isolants mais voici les plus utilisés :

  • la laine de verre : en rouleaux ou en panneaux, elle sert surtout à isoler des combles, des cloisons, des bardages.
  • la laine de roche : en panneaux ou en rouleaux et sert aux mêmes applications que la laine de verre. La laine de roche a cependant une meilleure performance en isolation phonique que la laine de verre.
  • le polystyrène expansé : souvent utilisé en isolation extérieure. Le polystyrène dispose d’une bonne capacité d’isolation et c’est un matériau très léger facile à travailler.
  • le polystyrène extrudé : il est de meilleure qualité que le polystyrène expansé et se retrouve sous la forme de panneaux. On l’utilise surtout pour isoler les chapes.
  • la laine de chanvre : cet isolant fait partie des produits naturels d’origine végétale et a une excellente performance thermique et acoustique.
  • la ouate de cellulose : on retrouve ce matériau dans les nouvelles constructions dites écoconstructions car ce produit est issu du recyclage de papier journal. On l’utilise principalement pour l’isolation des murs.
  • le monomur en terre cuite : ce matériau se trouve sous la forme d’une brique épaisse de 37 cm et permet de construire un mur porteur, isolant sans aucune autre isolation thermique ou acoustique.
  • le béton cellulaire : on le retrouve sous la forme de blocs ou de panneaux et permet, lui aussi, d’édifier un mur porteur et isolant. Il est souvent utilisé pour les cloisons et les bardages.
  • la fibre de bois : c’est un isolant thermique et acoustique très performant. Sa durée de vie incroyable, sa forte densité, son aspect écologique, son imperméabilité à l’air et sa perméabilité à l’eau en font un des premiers choix actuellement.
  • le polyuréthane : ce matériau avec sa structure alvéolaire renferme un gaz plus isolant que l’air, on l’utilise souvent pour les chapes et pour l’isolation extérieure.
  • le verre cellulaire : très souvent utilisé pour les toitures plates et faiblement inclinées.

Les laines minérales que ce soit laine de verre ou laine de roche sont ignifugées, elles ne dégagent pas de fumées toxiques en cas d’incendie. Elles peuvent se présenter en rouleaux comme en flocons. La qualité des laines se remarquera surtout sur la volatilité de la matière lors de la manipulation et de la découpe.

Les autres matériaux :

  • Les panneaux de fibre de bois : de 40 à 140 mm d’épaisseur.
  • Le polystyrène extrudé : de 20 à 140 mm d’épaisseur.

Les panneaux de bois permettent également une isolation thermique en toutes saisons. Elles permettent de prévenir des fortes chaleurs en été.

L’avantage du polystyrène extrudé est qu’il est insensible à l’eau.

La technique d’isolation sous bardage ventilé est une technique qui a fait ses preuves et semble être celle qui résiste le mieux au passage du temps. La circulation d’air permet sans altérer l’isolation, de faire respirer le bâtiment et ainsi préserver la qualité des murs.

Isolation extérieure prix au m²

Il est toujours délicat d’annoncer des prix tant le marché peut être fluctuant. Les offres promotionnelles se suivent et ne se ressemblent pas. Certaines régions sont plus à la pointe aux vues des conditions climatiques qui sont présentes. Nous pouvons toutefois vous annoncer des fourchettes de prix afin que vous puissiez vous faire une idée du coût qu’engendrerait ce choix d’isolation.

Tous matériaux confondus le tarif moyen se situe entre 110 et 225 € au m². Ces prix ne concernent que les isolants.

Le moins cher pour un isolant en polystyrène blanc de 140 mm d’épaisseur.

Et pour le plus cher sur de la laine de bois en 160 mm d’épaisseur.

Concernant les finitions, la moins chère est un enduit type crépi qui nécessite un maillage de la surface pour la bonne adhérence du crépi. Le prix du crépi peut aller de moins de 10€ à 40€ pour 10 m².

La finition la plus onéreuse est un bardage qui donnera en plus des performances techniques un cachet sans nul autre pareil à votre logement. Un bardage extérieur est abordable à partir de 40€ pour un bois traité autoclave. Et cela va jusqu’à 100€ du m² si vous optez pour un bois plus adapté type Red Ceddar.
La concurrence est à faire jouer, vous pourrez à produits équivalents diminuer de manière significative votre facture. A vous de jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *